Sur les traces des stagiaires au Centre de Coopération avec l’Afrique, CCA

Qui est Diallo?

Agé de 36 ans, marié et père d’un enfant, mon nom complet est Diallo Abou Amadou Abou. Je suis responsable de la Communication du Croissant-Rouge Mauritanien depuis 2014 également Journaliste d’une station de Télévision privée en Mauritanie. J’ai eu l’honneur d’effectuer mon stage en communication au Centre de Coopération avec l’Afrique, CCA, de la Croix-Rouge Espagnole aux îles Canaries.

img_2Expériences, succès, défis et perspectives

Mon Stage en communication au Centre de Coopération avec l’Afrique de la Croix-Rouge Espagnole, du 15 Septembre au 13 Décembre 2018, était bénéfique. En effet, mes capacités en communication ont été renforcées et aujourd’hui ma Société Nationale en récolte les dividendes. Il va sans dire que le CCA s’en est aussi vu consolidé grâce à la conjugaison de mes pré requis et mes acquis.

L’expérience que j’avais eue au Centre de Coopération avec l’Afrique était immense. Un des avantages pour moi était d’être toujours en action. En effet, j’ai toujours eu des initiatives et des tâches à exécuter chaque jour. Mon audience était diversifiée si bien que j’avais de la matière sur l’action de la Croix-Rouge Espagnole pour les vulnérables africains à travers les différents délégués dans ce continent. En outre, j’étais en contact presque avec mes collègues communicateurs des Sociétés Nationales, membres de l’ACROFA. Ces derniers étaient mes correspondants par rapport aux informations sur les actions de leurs Sociétés Nationales.

Je me servais alors de toutes ces informations pour promouvoir les actions et assurer la visibilité des 32 Sociétés Nationales de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge, membres de l’ACROFA. Pour y parvenir, un certain nombre d’outils de communications étaient mis à ma disposition, notamment facebook, le site web, le bulletin »La Journée de l’ACROFA». Je dois dire que j’étais dans mon élément vu mon background aussi bien académique que professionnel. Bien évidemment, le bénéfice que j’ai tiré de mon stage aura été tout aussi important dès lors que je travaillais dans un contexte autre que ma Société Nationale. A ce propos, les collègues du bureau ont été d’un grand apport pour moi.

A la fin de mon stage, je suis fier d’avoir initié le bulletin intitulé »Journée de l’ACROFA». Mon vœu le plus ardent est de voir mes successeurs perpétuer ce canal d’information. Le fait d’avoir atteint des audiences particulières comme les Présidents des Sociétés Nationales et les délégués de la Croix-Rouge Espagnole est à mettre aussi au chapitre de mes succès.

Ce sont des succès partagés car les collègues du CCA m’ont élevé dans du coton; bref j’étais dans de bonnes mains aussi bien professionnellement que socialement. Un des souvenirs anecdotiques me renvoi au bloc opératoire d’une des cliniques de Las Palmas. Je n’oublierai jamais le soutien et l’encouragement que j’ai eus de la part de ma Cheffe, Maria del Mar Rodriguez et mon collègue Jorge quand il fallait me faire opéré des boutons sur les sourcils. Imaginez-vous qu’ils m’ont accompagnés jusqu’à mon appartement après l’intervention chirurgicale!

Je termine par une note de remerciement au CCA et à l’ACROFA pour avoir pensé à ce genre de stage en communication. Cependant, je suggère que le CCA soit doté d’un service de communication permanent, avec au moins un expert dans ce domaine. Cela pour un double objectif: éviter la rupture communicationnelle entre un stagiaire et son successeur et rendre le stage véritablement gagnant-gagnant. A côté des canaux de communication déjà existant, un compte Tweeter contribuerait à assurer plus de visibilité du CCA et de l’ACROFA.

Traductor »